5 règles pour être antifragile

Temps de lecture estimé : 5 minutes

Cher lecteur,

Samedi dernier, je vous ai écrit une lettre sur l’antifragilité.

Ma conclusion est la suivante : ce qui ne vous tue pas ne vous rendra pas plus fort si vous n’y êtes pas préparé. 

Si vous n’êtes pas antifragile.

Aujourd’hui, j’aimerais revenir sur cette notion d’antifragilité. Elle trouve son origine chez l’essayiste et statisticien Nassim Taleb, dans son livre Antifragile : les bienfaits du désordre

Taleb est l’un de mes auteurs de référence et je tenais à vous présenter son concept.

Nous allons voir ce qu’est l’antifragilité, où vous pouvez la trouver, et comment vous-même pouvez devenir antifragile grâce à quelques règles.

Antifragile : l’Évangile selon Taleb

Dans son livre Antifragile : les bienfaits du désordre, voici la définition que Nassim Taleb fait de l’antifragilité : 

« Certains objets tirent profit des chocs. Ils prospèrent et se développent quand ils sont exposés à la volatilité, au stress, au désordre et au hasard (…) L’antifragilité dépasse la résistance et la solidité. Ce qui est résistant supporte les chocs et reste pareil, ce qui est antifragile s’améliore. »

En résumé : ce qui est fragile cède aux chocs. 

Ce qui est résistant supporte les chocs

Ce qui est antifragile se renforce grâce aux chocs.

Pour illustrer ce principe, je vais vous donner quelques exemples d’antifragilité.

L’antifragilité dans la nature

Prenez une bougie et un feu de forêt. Opposez-leur un choc : le vent. Le vent éteint la bougie (fragile) et attise le feu de forêt (antifragile).

L’olivier est antifragile. Il existe une oliveraie au Maroc, où les arbres sont plantés au milieu du désert. À cet endroit, les températures dépassent 50°C en journée. 

Beaucoup d’oliviers meurent, mais ceux qui réussissent à pousser produisent une quantité phénoménale de polyphénols (antioxydants) qu’on retrouve dans leurs olives. 

Cette richesse en antioxydants permet de produire une huile d’olive qui contient jusqu’à 20 fois plus de polyphénols que les huiles d’olive « classiques » produites en Italie ou en Grèce. 

Comment est-ce possible ?

Simplement parce que l’olivier charge ses olives de nutriments qui lui permettront de survivre dans des conditions extrêmes. Il s’adapte à son milieu, et utilise les traumatismes pour se renforcer

La Nature dans son ensemble est antifragile : l’Évolution en est le parfait exemple. À force d’itérations et d’échecs répétés, elle génère des espèces de plus en plus adaptées à leur milieu, jusqu’à atteindre un niveau d’harmonie quasi-parfaite.

À l’inverse, les sociétés humaines n’avancent pas nécessairement vers l’antifragilité. En fait, la plupart de nos systèmes sont mêmes conçus pour s’effondrer un peu trop facilement…

Nos sociétés sont trop fragiles

Nassim Taleb considère que les sociétés complexes sont fragiles. 

Quand tout est intriqué, il suffit d’un événement imprévisible (un « Cygne Noir ») pour faire s’effondrer tout le système, comme un château de cartes. 

L’interdépendance extrême est une fragilité. 

Cette période de confinement est un bon exemple : tous les secteurs fragiles, dépendants du statu quo, trinquent plus que les autres. 

Les grandes entreprises dépendant de chaînes logistiques complexes trinquent aussi : il suffit d’un grain de sable dans les rouages pour enrayer tout le système. 

À l’inverse, certains secteurs tirent profit de cette fragilité. C’est le cas par exemple des cryptomonnaies : le Bitcoin et les autres s’envolent au moment où je vous écris. 

Une des causes probables de cette tendance est la défiance des investisseurs envers les placements traditionnels : puisque les États sont en crise et font tourner la planche à billets, le risque d’inflation augmente. La monnaie pourrait perdre de sa valeur. 

Ainsi, les monnaies qui ne dépendent pas d’une politique ou d’un État se renforcent, car elles font office de valeur-refuge. D’un certain sens, le Bitcoin est comme l’or : il prospère sur la crise. 

Les sociétés d’entrepreneurs sont antifragiles : chaque lancement d’entreprise est soit une réussite qui fait avancer la société, soit un échec qui donne des informations à tous et permet d’affiner les stratégies futures. 

À l’inverse, les sociétés planifiées réduisent la volatilité du quotidien, mais volent en l’éclat quand survient une crise.

La Suisse est antifragile : son fonctionnement décentralisé permet aux différentes localités de s’organiser par elles-mêmes. Les problèmes se règlent essentiellement au niveau local – et cela évite les complications, lenteurs et couacs d’un système où tout remonte au même endroit qui, s’il déraille, fait dérailler tout le pays. 

Pourquoi je vous raconte tout ça ?

Simplement pour en venir à une conclusion individuelle : l’antifragilité est un principe que vous pouvez appliquer pour vous-même. 

À ce titre, Nassim Taleb propose plusieurs principes simples : 

Le stress : soumettez-vous à des stress réguliers et contrôlés pour progresser. Faites de la musculation, car le corps est antifragile : vos muscles sont prévus pour se renforcer face aux perturbations. Or, avoir des muscles est une stratégie simple pour renforcer votre système immunitaire. De nombreuses études montrent qu’il existe une forte corrélation entre votre masse musculaire et le nombre de cellules immunitaires dont vous disposez pour combattre les agressions.

La simplification : limitez vos dépendances. Essayez d’être le plus autonome possible, de ne pas déléguer ce qui est essentiel pour vous. Par exemple, avoir un potager en cas de rupture des chaînes d’approvisionnement est une mesure de simplification qui vous évite d’être la dépendance alimentaire. Vous êtes aussi moins fragile, car vous avez plusieurs options (voir dernier point).

La via negativa : Retirez de votre vie tout ce qui la fragilise avant d’ajouter de nouvelles choses : débarrassez-vous d’une dette, d’une mauvaise habitude, d’une dépendance trop forte… À ce titre, cette idée recoupe celle que j’avais développée dans la lettre Vivre sans béquilles.

L’infinité d’options :  imaginez tout ce qui pourrait mal tourner. Faites des plans A, B, C. L’anticipation est une des clés de l’antifragilité. 

Taleb prend l’exemple d’un chauffeur de taxi, dont les revenus mensuels sont aléatoires, et qui doit sans cesse s’adapter pour prospérer : changer de quartier, viser une autre clientèle, attendre à d’autres endroits… et il peut prospérer dans le désordre : l’éruption de volcan islandais Eyjafjöll en 2010 lui a ramené de nombreux clients qui ne pouvaient pas prendre l’avion, et qui s’en sont remis à lui pour parcourir des centaines de kilomètres.

Même si sa situation est plus instable que celle d’un cadre de la banque, lui au moins est antifragile. Le banquier perçoit des revenus récurrents, stables, et les signaux de volatilité lui parviennent moins facilement. Résultat : quand une crise survient, les banquiers sautent plus facilement que les chauffeurs de taxi. 

Devenir antifragile : la stratégie des haltères

En plus de ces 4 concepts (stress ; simplicité ; infinité d’options ; via negativa), Taleb propose une stratégie globale pour devenir antifragile. 

La stratégie des haltères.

Sur un haltère, le poids est réparti aux deux extrémités. 

Faites pareil : répartissez vos efforts et votre mode de vie à deux extrémités.

D’un côté, une prudence totale, de l’autre, une forte prise de risques.

C’est l’exemple des auteurs-fonctionnaires, comme Stendhal ou Claudel : leur statut de fonctionnaire leur garantit la sécurité, tandis que leur activité littéraire est beaucoup plus aléatoire… mais peut les propulser vers la gloire et la fortune. 

La leçon est simple : ne mettez pas tous vos œufs dans le même panier. 

Par exemple : investissez 80% de votre argent sur des fonds sûrs, construisez un patrimoine en bon père de famille… et mettez les 20% restants sur des placements beaucoup plus volatiles, comme du Bitcoin. 

Ainsi, vous ne risquez pas de tout perdre, mais à l’inverse, vous avez la possibilité de gagner beaucoup d’argent avec cet investissement risqué. 

Pour votre hygiène de vie, c’est la même chose

C’est là où je voulais en venir. 

Adoptez une hygiène de vie prudente et rigoureuse au quotidien : 

  • Mangez sainement
  • Dormez bien
  • Faites de l’exercice fréquemment et avec modération

Et intégrez des ruptures antifragiles dans ce quotidien : 

  • Jeûnez quelques jours, une fois par an
  • Prenez des douches froides, faites du sauna avec des bains glacés
  • Participez à une compétition à haute intensité (un triathlon ou un Iron Man, par exemple)

Ainsi, vous bénéficiez des deux côtés du spectre : 

  • La sécurité au quotidien, un corps qui se renforce petit à petit
  • Des mesures antifragiles qui vous renforcent suite à une exposition au stress que vous pouvez encaisser, précisément parce que vous faîtes attention le reste du temps. 

Bien sûr, Taleb multiplie les conseils et exemples dans les presque 600 pages d’Antifragile, que je vous recommande chaudement. 

Bien cordialement,

Marc

5 6 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
6 Commentaires
le plus récent
le plus ancien le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Samy
Samy
7 mois il y a

Merci pour la suggestion du livre de Taleb. A mon tour d’en partager une récente, je l’ai dévorée : CORPS D’ELITE, de Michel POUJADE chez Amphora Editions…pour anticiper et s’adapter au chaos !

Lucia
Lucia
8 mois il y a

Très stimulant

GABRIEL Valérie
GABRIEL Valérie
8 mois il y a

Merci pour vos lettres ! Je vous adore !!

Dominique
Dominique
8 mois il y a

c’est plus qu’une règle c’est une méthode qui vaut de l’or aujourd’hui. Bravo pour ce rappel il ne reste plus qu’à l’appliquer.

Vasco
Vasco
8 mois il y a

J’ai trouvé votre lettre très intéréssante. Parfois, le plus dificil c’est exposer d’une façon simple des idées compliquées concernant l’ensemble de notre manière de vivre. Vous avez parvenue à ça! Merci. VRL

Denaux
Denaux
8 mois il y a

Un article simple, concis, sur l’interaction de tous les systèmes. La COVID-19 est un bon exemple. Merci

garance

Recevoir les 8 conseils de Marius