Pourquoi je n’aime pas le développement personnel (tel qu’on nous le vend)

Temps de lecture estimé : 7 minutes

Cher lecteur, 

Je n’aime pas les recettes faciles qui marchent pour tout le monde. Surtout quand elles ne demandent aucun effort. 

Je ne les aime pas car je n’y crois pas.

Quand on vous parle d’une technique qui permet de gagner de l’argent dans 100 % des cas… ou d’une astuce pour séduire n’importe qui n’importe quand…

Il vaut mieux vous méfier

Je vous le dis car ces dernières années, les promesses impossibles ont le vent en poupe : 31 % des Français ont lu au moins un livre de développement personnel en 2017…

On parle de livres dont les titres sont : 

  • Le pouvoir du moment présent
  • La loi de l’attraction
  • Réfléchissez et devenez riche
  • L’éveil de votre puissance intérieure

J’en passe et des meilleures. 

Les promesses font rêver, mais la réalité est moins drôle.

Voici quelques réflexions sur pourquoi il faut se méfier de la mode du développement personnel.

Bien sûr, cela n’engage que moi… mais j’ai hâte d’avoir votre avis. 

Le mensonge d’une “méthode universelle” pour être heureux

Le premier mensonge du développement personnel, c’est de promettre les mêmes résultats à tout le monde. 

Pensez-y : avec la même méthode, des individus tous différents devraient arriver au même résultat. 

Cela n’a aucun sens : l’égalité des chances ne garantit pas l’égalité du résultat.

Il faut tenir compte des différences de personnalité, du contexte familial, des événements vécus et de leurs répercussions… sans parler du hasard !

Imaginez que ces méthodes universelles fonctionnent : tous les psychologues seraient au chômage.

Pourquoi s’acharner à mener un travail profond, sur la base d’échanges personnels pendant des mois sinon des années, s’il existe une formule magique qui marche pour tout le monde ? 

Mais la formule magique, justement, a de quoi séduire.

Puisqu’elle ne repose sur aucun diagnostic établi via un échange…

Puisque l’auteur ne peut prétendre connaître ses millions de lecteurs…

Il est obligé d’empiler les banalités pour qu’elles touchent tout le monde.

On appelle ça l’effet barnum – une technique connue depuis 1948.

Une même analyse… où tout le monde se reconnaît

En 1948, Bertram Forer, psychologue, soumet ses étudiants à un test de personnalité

Il jette leurs résultats sans leur dire… et remet à chacun une « analyse personnalisée » qui est en fait le même texte pour tous, construit à partir d’un horoscope.

On y trouve des phrases comme « Vous avez besoin d’être aimé et admiré, et pourtant vous êtes critique avec vous même (…) Parfois vous vous demandez sérieusement si vous avez pris la bonne décisions ou fait ce qu’il fallait faire (…) Vous vous flattez d’être un esprit indépendant (…) ».

Quand on a demandé aux étudiants de noter la pertinence de l’analyse, la note moyenne était de 4,3 sur 5

Chacun s’était reconnu avec une pertinence supérieure à 80 %… sans savoir que tous les autres avaient reçu le même texte.

La force de ces phrases est qu’elles sont suffisamment vagues pour parler à n’importe qui, mais assez précises pour qu’on les prenne pour soi… Alors qu’il n’y a aucune observation concrète, aucun propos personnalisé – et aucune piste d’amélioration.

Mélangez l’effet barnum à la flatterie obséquieuse des « développeurs personnels », et vous obtenez une boisson facile à avaler… Mais qui, malheureusement, ne vous aidera pas à accomplir quoi que ce soit. Comme l’horoscope.

Pourtant, les chantres du développement personnel écrivent pour UN lecteur dans lequel vont se reconnaître des millions de lecteurs… 

Ils négligent les différences au profit des généralités, comme s’ils s’adressaient à une essence humaine qu’ils sont certains d’avoir comprise.

Mais cette compréhension de l’essence humaine n’a rien de scientifique, puisqu’elle est fondée sur une expérience individuelle.

Ce n’est pas un problème pour les gourous du développement personnel… car ils sont au-delà de la science.

Ils incarnent une nouvelle spiritualité, où l’on paie pour apprendre le bonheur.

Dieu est mort, vive le développement personnel ! 

Chaque livre de développement personnel qui sort est accompagné de sa petite mythologie. D’une sorte de spiritualité en kit, à monter soi-même… 

L’objectif est d’apprendre à saisir le monde à travers une poignée de concepts rassurants, pour se donner l’illusion d’avoir le contrôle sur tout. 

Si vous ne connaissez pas les « grands concepts » du développement personnel, je vous en donne deux pour l’exemple : 

La Loi de l’Attraction est une loi selon laquelle nos pensées influencent ce que l’on reçoit de l’Univers. Comme tout est énergie, alors une pensée positive dégagera une énergie positive. Or, le processus selon lequel « les énergies semblables s’attirent » provoquera des événements positifs pour celui qui arrive à penser positivement. 

L’Enfant Intérieur, c’est cette part intime de nous-mêmes que l’adulte que nous sommes oppresse et brime. Certains livres de développement personnel peuvent nous apprendre à l’écouter, le libérer, et faire la paix avec lui. Ce serait la garantie d’une harmonie totale avec soi-même. 

Vous avez une idée de ce dont nous parlons.

Ces concepts ont été abordés dans plusieurs sciences comme la psychologie ou la psychanalyse… et à ce stade, 2 choses me dérangent.

Tout d’abord, que la plupart des stars du développement personnel n’aient aucune formation de psychologie.

Je pense à Don Miguel Ruiz, ou à Lise Bourbeau – pour citer des auteurs qui vendent par millions.

Mais ce n’est pas un problème pour eux – et on arrive au second point qui me dérange : nombre de ces auteurs font allusion à la physique quantique pour justifier certains phénomènes… 

Or, il s’agit d’une branche de la physique où même les esprits les plus brillants de notre siècle n’ont aucune certitude. 

En ce qui me concerne, je n’apprécie pas de voir que ces concepts théoriques, issus d’un domaine particulier des sciences, deviennent des vérités universelles – presque des religions. 

Et c’est ça, le vrai cœur du problème. 

Avec le développement personnel, on crée des religions. 

S’il est plébiscité en Occident, c’est sans doute parce qu’il s’agit de la région du monde où le pourcentage d’athées est le plus élevé. 

Et les athées ont autant besoin de sens et de réponses que les croyants… 

Alors on leur propose une spiritualité différente, qui n’est pas basée sur des traditions millénaires, mais sur des concepts New Age, de la psychologie détournée

Et surtout, qui vise un objectif différent des religions traditionnelles.

Il ne s’agit pas du monde d’après, de la transcendance ou du salut des âmes…

Mais d’un objectif beaucoup plus immédiat : le bonheur.

L’obsession du bonheur, un nouveau mal du siècle ? 

C’est LA promesse du développement personnel : être heureux, réussir, s’épanouir. 

Et je suis d’accord : c’est très bien, d’être heureux. 

Mais quand on y pense, c’est une obsession assez récente.

Réfléchissez-y : vos parents, vos grands-parents étaient-ils obsédés à l’idée d’être heureux, en harmonie avec eux-mêmes ? Y consacraient-ils du temps et de l’argent à travers des livres, des vidéos, des séminaires, des formations… ? 

En ce qui me concerne, c’est non. 

La priorité de mes ancêtres, c’était d’avoir un toit sur la tête et du pain sur la table. Il fallait nourrir les enfants, s’occuper des bêtes, garder son travail à la fonderie… 

Avant de poser des questions métaphysiques, il fallait survivre – et ça occupait une bonne partie de leur temps.  

Étaient-ils malheureux pour autant ? Je n’en ai jamais eu l’impression. Au contraire : ils étaient en paix avec eux-mêmes, malgré la vie austère et rude qu’ils menaient. Le bonheur, c’était mener une vie digne avec des joies simples.  

Là où je veux en venir, c’est que l’obsession du bonheur est un luxe

Puisque le confort matériel n’a jamais été si élevé, les gens ont le temps de se poser des questions. 

Dans le même temps l’athéisme progresse, laissant le champ libre à de nouvelles spiritualités, orientées vers l’immédiat, le culte du « moi », l’obsession d’être heureux dans ce monde – puisqu’on ne croit pas à celui d’après. 

En somme, la situation de marché est extrêmement favorable à l’émergence de tous ces livres de développement personnel.

Si c’est ce que demandent les gens, on comprend que certains s’y engouffrent… ce que je fustige, c’est la malhonnêteté avec laquelle ces néo-gourous prétendent aider leur prochain. 

Le développement personnel est l’ennemi du réel

Faire croire que c’est facile.

Qu’il faut juste penser différemment.

Que vous êtes bien comme vous êtes.

Que toutes les réponses sont en vous.

Que l’Univers va vous envoyer de l’aide si vous savez lui demander. 

Voilà tout ce que promet le développement personnel : la facilité. Un bonheur clé en main. 

Beaucoup de gens ne sont pas dupes : si c’était si facile, ça se saurait… 

Mais là encore, les experts en marketing ont trouvé la parade : c’est pour cette raison que le développement personnel se pare de spiritualité, de physique quantique, bref… de magie 

Bien sûr, la parade est grossière : si ça semble facile, c’est parce que c’est un mécanisme qui vient de l’Univers lui-même / de la physique quantique / des neurosciences… 

Mais j’observe dans mon entourage que les amateurs de développement personnel sont souvent les gens les plus malheureux – au point que leur désespoir les aveugle.

Ils sont une proie facile pour les rapaces du marketing.

Bien souvent d’ailleurs, ce sont des personnes vulnérables, isolées, mal à l’aise avec leur corps, dont l’hygiène de vie ne les tire pas vers le haut…

Le problème, c’est qu’en cas (probable) d’échec du développement personnel, il n’y a pas de plan B ; puisqu’il s’agit de LA méthode miracle, si elle échoue… c’est que vous avez échoué à la mettre en pratique – de quoi entretenir frustration et désespoir

Or, c’est parce qu’ils ont beaucoup de problèmes à régler qu’ils se réfugient dans le développement personnel. 

On leur fait UNE promesse, via UNE méthode, pour atteindre UN objectif qui dépasse tous les autres : le bonheur, ici, maintenant. 

Forcément, ils ont l’impression de trouver le raccourci qui les sauvera… 

Mais jamais dans ces livres, on ne leur dit la vérité.

Jamais on ne parle de travail, de persévérance, de résultats dans la durée, de choisir ce qui marche pour soi, de s’occuper, de s’acharner… 

Bref, on ne valorise pas l’effort.

C’est bien pour ça que je suis là.

Vous valez mieux que ça

Vous me connaissez. Vous connaissez mes convictions.

Je crois que le bonheur survient quand :

  • On est bien dans sa tête. On sait qu’on a le mental pour tenir ses engagements et respecter ses valeurs. C’est la condition pour développer son amour-propre.
  • On est bien dans son corps. On le travaille et on l’entretient, comme l’outil et le véhicule qu’il est.
  • On se respecte, à travers une bonne hygiène de vie et des habitudes saines.
  • On a confiance en soi, parce qu’on connaît sa valeur. On est assez solide pour surmonter les obstacles et les déceptions.

On ne peut pas faire fi de la faiblesse de son corps ou de son esprit, et espérer être heureux par accident

En revanche, on peut construire, à force de travail, de recherche et de persévérance, les conditions du bonheur.

C’est la seule chose que je propose avec Apogée : vous accompagner sur ces sujets, proposer des pistes concrètes et des réflexions personnelles.

N’attendez pas de moi que je vous promette la lune sans efforts…

Bien cordialement,

Marc

5 4 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
30 Commentaires
le plus récent
le plus ancien le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
GUILLOT Katia
GUILLOT Katia
3 mois il y a

Bonjour Marc,
merci, une fois de plus j’ai la preuve d’avoir fait la meilleure des choses pour moi en m’abonnant a vos lettres. Avant ça c’est à dire il y’a encore 1 à 2 ans, je me suis plongée moi aussi dans ces ouvrages qui vous promettent le bonheur sans effort. Quelle déception !!
Aujourd’hui grâce à vous ma vie est bien en place. Le bonheur pour moi c’est de chausser mes basket et partir courir tous les matins, prendre une douche froide en rentrant et affronter ma journée dans les meilleurs conditions. Alors je le redis merci Marc.

chris
chris
3 mois il y a

« Le pouvoir du moment présent » est un de mes livres de chevet actuellement.
L’avez vous lu avant de critiquer ?

gadal
gadal
3 mois il y a

Bonjour Marc,
Je souhaite acheter les ouvrages 17 cles pour le mental et la methode 631. Je ne souhaite pas mabonner, toutes les formules aboutissant au final a plus de 48euros par an… je ne souhaite pas non plus fournir mes coordonnees bancaires (paiement paypal a un ami par exemple). Au regard de tout ce que tu prones dans tes partages je suis sur que tu accepteras, ces ouvrages me semblant vraiment interessants comme les les conseils de marius. Bonne soiree !

fabien cesco
fabien cesco
3 mois il y a

Bonjour Marc, votre lettre comme beaucoup d’autres est très intéressante et parle d’un problème de dépendance et de recherche du bonheur inhérent à notre société. Néanmoins (je suis d’accord avec Olivier) je pense qu’il ne faut pas ranger toutes les personnes qui traitent du développement personnel dans le même panier (ex: les 5 accords tolteques de don miguel ruiz sont des principes de vie emplie de sagesse et permettent d’obtenir ce que vous ciblez à la fin de votre lettre. être bien dans sa tête, se respecter, avoir confiance en soi) Quoiqu’il en soit continuez.. au plaisir de vous lire… Lire la suite »

Carole
Carole
3 mois il y a

Bonjour Marc, je vous transmet mon expérience. J’étais attirée par les prescriptions des coach e viens. Mais il nous donne seulement un aperçu du mode à suivre. Il faut acheter. Mais en juillet 2020, je suis arrivée sur un webinaire d’une thérapeute en dépendance affective. J’ai été touchée du contenu, étant moi même dépendante. Elle fait référence à son expérience personnelle. Je me suis abonnée et ne le regrette pas. Il y a des exercices à faire pour formater notre mental qui est rempli de croyances, de peurs dissimulée. C’est transmis graduellement 2 fois par mois, avec exercices et prises… Lire la suite »

VIGUIER Raphaël
VIGUIER Raphaël
3 mois il y a

Merci, vous arrivez à poser des mots sur les maux actuels de notre société occidentale, ce malaise de civilisation ( cf Freud ) me semble venir effectivement suite à la destruction de la religion ainsi qu’à un ultra – libéralisme qui prône le gain de la spéculation futile et immatérielle et non du travail produisant réellement une richesse.

Pierre Dercy
Pierre Dercy
3 mois il y a

Salut Marc,
J’allais faire un commentaire avec quelques réflexions mais tu me sors les mots de la bouche. Donc, nous sommes bien d’accord sur le sujet de cette lettre. D’ailleurs, depuis le début que je lis tes billets, je n’ai pas encore eu l’occasion de trouver un point de divergence. Dont acte.

Olivier
Olivier
3 mois il y a

Bonjour Marc. Merci pour ce post. Je pense que nuancer certains propos serait plus juste, notamment le titre trop vague. Il serait bien de cibler plus précisément le genre de développement personnel que vous fustigez et surtout ne pas tout mettre dans le même panier. Cela donnerait moins de frustration à certains adepts du développement personnel qui vont vers l’alignement de l’esprit et du corps à travers la discipline et une vie saine et qui partagent les mêmes valeurs que vous. Cela apporterait plus d’analyse et de direction à ceux qui se cherchent ou se perdent à travers le développement… Lire la suite »

joelle buferne
joelle buferne
3 mois il y a

joelle suis heureuse de ce parler vrai que je dénonce bien souvent qui ne fais pas de

bien aux personnes mais les renforcent dans leurs désespoirs de non réussite

Daniel SAVIGNY
Daniel SAVIGNY
3 mois il y a

Bonjour Marc, la lecture de votre billet m’a laissé un peu perplexe. Il en ressort que les auteurs de livres en développement personnel (qui devraient être tous formés en psychologie, selon vous) sont tous des gourous malveillants et leurs publics des gens naïfs ! Voilà mon impression et je ne partage pas votre propos général. Que faites-vous, si ce n’est que nous proposer vous-même des pistes d’évolution, que nous suivrons ou pas, ou partiellement, selon notre désir et notre besoin de modifier des choses dans nos vies ? Vous nous apportez de nouveaux regards et réflexions, de nouvelles techniques, de… Lire la suite »

Guijarro
Guijarro
3 mois il y a

j’adore vos lettres, toutes vos lettres car je partage vos valeurs, comme celles de Marius; j’ai 73 ans, mais je me souviens encore de tout ce que j’ai appris au 1er RPIMa et au 2e a Madagascar, comme de mon passage au 1er REP) : Attitude, préparation, pugnacité et comme le dit qq’un que je respecte bcp, qui ressemble à Marius: Thierry Max… je prends le RER tous les jours (Rigueur, Engagement, Régularité )…Toutes ces valeurs que vous m’aidez à transmettre à mon petit fils, 9ans (en plus de l’amour des arts, poésies, musiques, lectures tout simplement …et développement de… Lire la suite »

Tatiana
Tatiana
3 mois il y a

Vraiment un grand Merci pour cette analyse! je me promenais sur la plage cet après midi en écoutant des résumés de livres audio sur le développement personnel justement…. et je me disais , comme vous, que j’en avais assez de cette tyrannie du  » réussir à tout prix  » apparemment si simple d’accès … histoire de culpabiliser encore davantage ceux qui n’y arrivent pas …. alors que c’est si facile , il suffit d’y croire !!! Non, vraiment , je pense que ceux qui échouent ont fait les mêmes choses que ceux qui ont réussi, ils y ont cru sûrement… Lire la suite »

Olteanu
Olteanu
3 mois il y a

Bonjour Marc, Votre programme riche et pertinent est une source d’inspiration dans mon quotidien. Ma réaction a votre dernière article vise seulement deux propos:  Vous citez «Le pouvoir du moment présent» comme livre de développement personnel, mais je dirais que c’est exactement le contraire que Eckhart Tolle propose: la diminution du « moi ». Quant à la chasse au bonheur, c’est c’est chez ce monsieur que j’ai entendu (après Ragnarr Loðbrók) que c’était pas obligatoire, d’autres gibiers étant plus intéressant a traquer. Deuxième, le livre de Napoleon Hill… bourré des incitations au travail, a la discipline et surtout a la persévérance. Je… Lire la suite »

Amar Saidaoui
Amar Saidaoui
3 mois il y a

Bonsoir, ça du bien de lire de telles vérités. Merci

Amar Saidaoui
Amar Saidaoui
3 mois il y a

Bonsoir, j’ai eu grand

Helfrich
Helfrich
3 mois il y a

Bonjour Marc. Voilà un texte selon mon cœur ! Il est vrai que je ne fais pas partie de votre public « normal » : je suis une femme âgée de 84 ans, et pourtant je lis vos lettres avec intérêt et parfois avec profit. J’ai connu ces méthodes de développement personnel depuis leurs débuts, elles étaient très en vogue dans mon milieu professionnel. D’accord avec vous : elles remplacent la religion, satisfont un besoin de spiritualité. Dès le début, j’ai eu cette impression. Dès le début j’ai pensé aussi que c’était une fabrique d’égoïstes. La suite m’a confirmé dans cette impression.… Lire la suite »

André Neveu
André Neveu
3 mois il y a

Ce matin, j’ai fait un 12km de course à pied.
Au retour de ma boucle sentant qu’il me serait possible de couper le trajet, je me suis plongé dans l’instant présent pour ressentir où j’étais en réalité.
Après 30 secondes de concentration, j’ai oublié le racoucit et j’ai fini ma course comme je me l’étais proposé.
Yé!

Aib
Aib
3 mois il y a

Bonjour Marc je suis tout à fait d accord avec toi

Pagat
Pagat
3 mois il y a

Bonjour Marc et à toutes et.tous Votre article est empreint du bon sens et pour ma part je manage de 300 à 50 personnes et je vous rejoins sur le fait que de nos jours les gens cherchent à l’instar des technologies des solutions toutes faites pour tout le monde : bref tous identiques dans la même bouillie pseudo idéologique et / ou spirituelle Animer une équipe de clones quel intérêt ? Pour finir même si l’étude des neurosciences est très intéressante on ne peut appliquer à tout le monde du sparadrap à l’âme et forcément à chercher des problèmes… Lire la suite »

Pachalgikian Yvan
Pachalgikian Yvan
3 mois il y a

Bonjour,
Il me semble que ce que vous appelez « développement personnel » et « votre méthode » ne sont pas antagonistes mais se complètent. Selon moi, il ne faudrait pas les opposer mais plutôt les associer pour être plus forts dans notre corps et dans notre tête.
Sans l’une et l’autre méthode, chacun prend ce qui est bon pour lui, et grandit avec l’ensemble.
Merci de soulever la question et d’ouvrir le débat.
Cordialement
Yvan

Viviane
Viviane
3 mois il y a

Bonjour Marc,
Je viens de vous lire, et je dois avouer que vos propos m’ont complètement désemparés. En effet, je suis ”adepte ” du développement personnel ( sans doute pour espérer un miracle de la vie), je lis DON MIGUEL RUIZ, GARNIER MALET, JOE DISPENZA, ECKHART TOLLE et j’en passe. C’est vrai qu ils me donnent de l’espoir, et après vous avoir lu, c’est l’incompréhension total. Je me sens perdue. Dois-je tout revoir.?

Viviane
Viviane
3 mois il y a
Reply to  Marc

Merci infiniment

Vasile
Vasile
3 mois il y a

Bonjour, j’essaie de acheter votre méthode, mais ça m’engage à me abonné à l’année…

JEAN KALAB
JEAN KALAB
3 mois il y a

Bonjour, peut-on faire parvenir cette reflexion à notre soit disante élite, qui a été endoctriné par le « système » des bien pensants. Nous vivons dans la contrainte – Bien Pensant – et – politiquement correcte – ,si non, vous êtes un fou gauchiste,l’Université et l’ENA en est un socle solide. Les titres des promotions font foi, Le président-roi insulte le peuple qui n’écoute pas sa Sainte Parole, mais qui s’est fait élire par le mensoge et le système où il faut manifester son bonheur par une danse de Saint Guy et une voracité de Bien Etre dicté par les médias et… Lire la suite »

Bertrand
Bertrand
3 mois il y a

Bonjour Marc
Je crois que la facilite est trompeuse en effet. Il s’agit d’abord de ne pas decourager les gens au debut de leur pratique. Mais ceux qui essaient ces methodes s’apercoivent vite qu’elles ne sont pas si faciles… En realite, elles necessitent au minimum de la perseverance : oui, c’est a la portee de tout le monde, de vivre dans le moment present… mais combien d’entre nous y parvenons ? Cela ne veut pas dire que ces methodes ne contiennent pas de grandes verites.

Simon L.
Simon L.
3 mois il y a

Bonjour Marc, Au premier abord je ne savais pas quoi penser de cette lettre à son titre mais après l’avoir lu elle entre dans mon top 5. A mon sens elle met le doigt sur un gros problème  » l’incapacité des gens à s’aider soi même et a y mettre leur énergie ». Par là j’entends savoir se débrouiller face à l’adversité. Ils sont à la recherche de la facilité peut être à cause de leur désespoir… Le hic c’est que le développement personnel ne laisse pas la place à la réflexion : on fait bêtement ce qu’on croit marcher. C’est… Lire la suite »

Denaux. Garance
Denaux. Garance
3 mois il y a

Je suis globalement bien d’accord avec vous.
le bonheur…. une illusion de nantis.
la joie oui grâce à la discipline, prendre conscience que l’on a beaucoup de chance. Mais j’ajoute prendre le temps de vraiment écouter l’autre et non pas passer ses repas avec le portable à l’oreille sans rien échanger.Etre content de soi grâce à une discipline quotidienne.Pas de ressassement inutile- psychanalyse par exemple.
Le bonheur une illusion.
merci

Gaël
Gaël
3 mois il y a

Oulala ! Jusqu’ici je trouvais toujours vos analyses justes et intéressantes mais la… On parle de grand n’importe quoi ! Si on prend des personnes qui ne connaissent rien au développement personnel et en font juste du marketing autant parler des sportifs youtube qui cherchent les vues ! Le développement personnel n’est ni facile, ni simple (release your break pour ceux qui connaissent ou pas et un ouvrage très difficile non pas à lire mais a appliquer et nous force a nous mettre face à nous même) Tony Robbins, un des VRAIS gourous, propose aussi dans ces ouvrages de TRAVAILLER… Lire la suite »

Pol Lou Courriel
Pol Lou Courriel
3 mois il y a
Reply to  Gaël

Le monde change ! mais pas qu’en bien, ce n’est pas que tout était mieux avant . Et la terre tourne toujours de la même façon autour du soleil. Marc a raison, son propos est équilibré et plein de bon sens. J’ai observé autour de moi quelques amies et leur développement personnel ? Le vrai « développent personnel » s »il faut valider cette expression ? je le vois chez les trappeurs qui vivent dans l’Alaska dans une nature hostile entourés de prédateurs. Ces trappeurs ont une vie difficile, dangereuse,. Ils ont du acquérir des compétences concrètes. Ils ne font pas des discours… Lire la suite »

Recevoir les 8 conseils de Marius