L’Opération Neptune : une leçon de courage, de bluff et de stratégie

La tournant de la guerre : une histoire de bluff et de météo

Temps de lecture estimé : 4 minutes


Cher lecteur,

Dans la nuit du 5 au 6 juin 1944, les forces alliées débarquent sur les plages de Normandie pour combattre l’armée allemande.

Nom de code : Opération Neptune. 

La phase d’assaut de l’Opération Overlord – la bataille de Normandie.

Comment s’est déroulée l’Opération Neptune ?

L’Opération Neptune est un ensemble d’opérations navales et aéroportées qui ont duré du 6 au 30 juin 1944.

La nuit du 5 au 6 juin, 160 000 soldats alliés traversent la Manche pour mener le premier assaut.

L’objectif : créer une zone sécurisée de 80km de long sur la côte normande, qui servira de corridor pour faire passer l’ensemble des troupes alliées.

Le Débarquement se déroule en 3 phases :

  • Des milliers de commandos parachutistes sont lâchés au-dessus des lignes allemandes pour neutraliser leurs positions, semer le chaos et empêcher les communications. 
  • Ensuite, les lignes allemandes sont bombardées. Les Alliés utilisent près de 8000 tonnes d’explosifs, tirés depuis les navires ou largués par des avions bombardiers. 
  • Enfin, le « vrai » Débarquement par la mer a lieu sur 5 plages : Sword, Gold, Juno, Utah et Omaha.

L’Opération Neptune dure 24 jours et s’achève officiellement le 30 juin 44. 

À cette date, plus de 850 000 soldats alliés sont entrés en France par la Normandie. 

C’est la première étape vers la Libération de Paris, puis la capitulation allemande… moins d’un an plus tard. 

Pourquoi je vous raconte ça ?

L’Opération Neptune n’est pas seulement un chef d’œuvre logistique. C’est aussi un énorme coup de bluff.

Je vous explique : les lignes allemandes étaient réputées imprenables.

Un premier débarquement allié avait même échoué, à Dieppe en 1942.

Les Allemands étaient persuadés qu’un débarquement surviendrait, tôt ou tard… et ils étaient prêts à le contenir.

Leur Mur de l’Atlantique s’étendait sur des milliers de kilomètres de côtes, du Pays Basque au littoral norvégien.

Une armada de bunkers, blockhaus, canons, mines, forces aériennes, sous-marins… prête à couler tout ce qui s’approcherait un peu trop près des côtes.

En théorie, les Alliés n’auraient jamais dû réussir…

Mais leur triple coup de bluff a permis de percer une brèche dans le Mur… et ultimement, de remporter la guerre.

Le coup de génie des Alliés

Comme le Mur de l’Atlantique ne comporte aucune faille, les Alliés décident d’en créer une… en semant la zizanie.

C’est l’Opération Fortitude.

Son objectif est de convaincre les Allemands que le Débarquement aura lieu dans le Pas-de-Calais. 

Pour y parvenir ils emploient des agents doubles, qui font fuiter de fausses informations.

En parallèle, ils simulent des manœuvres militaires dans le Pas-de-Calais, à l’aide de chars d’assaut factices (en caoutchouc), de faux exercices de tir… et vont même jusqu’à bombarder la Côte d’Opale. 

Dans un second temps, ils réussissent à convaincre l’armée allemande que le Débarquement de Normandie, qui est lui aussi en préparation, ne sera qu’une diversion.

Là encore, les fausses informations circulent si bien qu’au printemps 44, l’essentiel des forces allemandes est concentré dans le Pas-de-Calais.

Enfin, à quelques jours du Débarquement, c’est sur la date que les Alliés sèment le trouble : l’état-major allemand est convaincu que le Débarquement n’aura pas lieu avant la mi-juin.

Et pour cause : un débarquement réussi nécessite une nuit claire, une mer calme et une marée montante à l’aube pour bombarder précisément les lignes ennemies et débarquer convenablement.

Or, le 5 juin… la météo est désastreuse.

Le Général Eisenhower, chef des forces Alliées, décide de le décaler… de 24h seulement.

Tant pis pour la météo ; ce sont les Allemands qu’il faut berner.

Dans la nuit du 5 au 6, une partie des forces allemandes ne sont pas à leur poste.

Puisqu’un débarquement imminent était considéré comme hautement improbable, une partie des effectifs était… à l’entraînement, quand les Alliés ont débarqué.

Bien sûr, une telle opération a un prix : sur la plage d’Omaha Beach, les Alliés tombent par milliers à cause des conditions météo déplorables.

Mais au global, l’armée allemande est vite dépassée… et c’est là où je voulais en venir.

La leçon à retenir : entraînez-vous sous la pluie

Je vous ai écrit ce message pour 2 raisons :

  • La première, c’est que c’est un épisode capital dans notre Histoire… et qu’il me tenait à cœur de le partager avec vous, même si vous en connaissiez les grandes lignes.
  • La seconde, c’est qu’il faut tirer des leçons de l’Histoire et s’en inspirer, tant au niveau collectif qu’individuel.

Si vous voulez réussir ce que les autres ne réussissent pas, vous devez faire ce qu’ils ne font pas.

Pour décupler les bienfaits de vos entraînements, ne vous faites aucun cadeau :

  • Entraînez-vous sous la pluie ou dans le froid
  • Faites-en plus que ce qui est requis pour la compétition ou l’événement que vous préparez
  • N’attendez pas d’être au zénith de votre forme : entraînez-vous à échéances fixes, prévues à l’avance
  • Rajoutez-vous des contraintes ou des obstacles supplémentaires.

N’oubliez pas que tout ce que vous faites à l’entraînement rendra le jour J plus facile.

Ou, comme ils disent à l’armée… « la sueur épargne le sang »

Qu’en pensez-vous ?

Bien cordialement,

Marc

5 13 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest

4 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
pascal celli
pascal celli
1 année il y a

excellente methode propre à reveiller un vieux sportif bravo !je vais retourner au cnec lol

Steeve
Steeve
1 année il y a

J’adore ce genre de petites histoires c rempli de sens & d’enseignement !! Perso je me suis entrainé comme un damnéé pendant presque 20 ans (j’en ai 47) dans les art martiaux / sports de combat (5/6) …je suis parti en Chine / en Inde / Indonésie /Thailande + US pour me former avec des maîtres et autres écoles de Muay-Thai ….donc tu vois l’entraînement j’ai un peu donné lol 3> ……et puis vers 35 ans je suis tombé malade (du genre tu peux plus bouffer et tu deviens en qq mois un zombie genre cancer ou un truc du… Lire la suite »

Pierre Dercy
Pierre Dercy
1 année il y a

Bonjour Marc, En ce qui concerne le mental, et même le physique, j’ai déjà pu en faire mes preuves au cours de ma vie. Mon expérience pratique à diverses occasions en témoigne en suffisance. Plus de 70% de tes lecteurs souhaitent bénéficier de cette formation. Mais, moi, je n’avais coché que la case « survie », par défaut. Voilà pourquoi, je ne souhaite pas faire partie du Cercle d’Apogée ni pourquoi je n’achèterai pas ton livre qui, j’en suis sûr, sera une source instructive de conseils pour tes lecteurs souhaitant s’améliorer. Néanmoins, je resterai un lecteur assidu de tes lettres hebdomadaires qui me… Lire la suite »

Danoy Pierre
Danoy Pierre
1 année il y a

Un Pierô de nouveau … 1mn de lecture. Votre histoire, un témoignage de l’Histoire de surcroît, est essentiel, pour devenir « existentiel » Cer notre essence, est de l’améliorer … et notre carburant (mental, et physio-physique) ET notre existence dans sa globalité. Un corps sans esprit : âme errante ? Un esprit sans corps … un fantôme ? Quel que soit le temps, pluie ou vent, la température, le jour levé ou non, le lendemain de réveillon ou après une java (petite et pas de Broadway) …à 63 ans j’y vais, car « faut pas lâcher ! Je vous réitère ma demande, contacter… Lire la suite »

Recevoir les 8 conseils de Marius