Les 7 règles de la domination physique (partie 2)

7 postures qui vous transforment en alpha

Temps de lecture estimé : 7 minutes

On ne règle plus nos conflits par la violence physique.

Cela veut-il dire que la violence a disparu ? Absolument pas.

Nous vivons dans un monde civilisé.

C’est juste qu’elle se situe à un autre degré.

Celui qui domine, aujourd’hui, n’est pas celui qui frappe le plus fort.

C’est celui qui adopte une attitude de dominant héritée de notre état de nature.

Si vous adoptez une posture dominante, non seulement vous enverrez aux autres un signal qui forcera leur respect…

Mais vous allez vous aussi vous transformer en dominant.

Dans ma dernière lettre, je vous ai expliqué qu’en adoptant des postures de domination, vous produisez davantage de testostérone et moins de cortisol – ce qui vous rend plus sûr de vous et moins sensible au stress.

Aujourd’hui, je vais vous apprendre 7 façons de dominer physiquement dans n’importe quel contexte.

Vous allez découvrir les postures qui peuvent à la fois vous permettre de produire plus de testostérone et moins de cortisol… et d’envoyer aux autres les bons signaux pour obtenir le respect qui vous est dû, sans violence. 

Étape 1 : Bannissez ces 3 comportements de “victime”

Avant toute chose, vous devez éliminer ces 3 postures de soumission que vous adoptez peut-être inconsciemment.

Non seulement ces postures envoient aux autres le signal que vous êtes dominé, mais elles modifient réellement vos hormones en ce sens.

Prendre une posture physique de dominé diminue votre taux de testostérone et augmente votre taux de cortisol !

C’est pourquoi vous devez arrêter de :

Vous tenir voûté, recroquevillé sur vous-même : dans la nature, c’est un comportement de proie.

Vous cherchez à prendre le moins de place possible, et donc à ne pas vous faire remarquer.

Si vous avez le dos voûté, c’est que vous cherchez à vous protéger. Souvent, vous ne vous présentez pas de face à autrui, mais de côté ; vous exposez votre flanc car vous avez peur de vous faire agresser – comme une proie.

Sourire et multiplier les gestes d’écoute active : chez les primates, le sourire est un signe de soumission. Il indique à l’autre que vous cherchez à l’apaiser ou à éviter le conflit.

D’une manière générale, les gestes répétés d’écoute active (acquiescer à ce que dit l’autre, dire « oui », hocher la tête, sourire en continu) envoient à l’autre le signal qu’il domine. Et dans le même temps, cette posture contribue à vous faire sécréter davantage de cortisol et moins de testostérone.

Attention : je ne vous dis pas d’arrêter de sourire – cela peut être sincère et bienveillant. Je vous recommande juste de ne pas adopter une posture béate et convaincue à chaque fois qu’on vous adresse la parole.

Éviter le regard de l’autre : Le regard fuyant est un marqueur universel de soumission.

Cela veut dire que vous ne donnez pas à l’autre la possibilité de voir ce que vous avez à l’intérieur… et que vous n’allez pas non plus voir ce qu’il a à l’intérieur.

En conclusion, vous estimez qu’un échange transparent vous mettra en position de faiblesse – et donc, que c’est l’autre qui domine.

À l’inverse (j’en reparlerai), regarder l’autre dans les yeux a tendance à « forcer » son respect.

Étape 2 : Gagnez le respect des autres en adoptant ces 3 réflexes

Si vous voulez sécréter plus de testostérone et moins de cortisol, il faut vous tenir comme un chef.

C’est ce que nous enseigne l’expérience d’Amy Cuddy dont j’ai parlé dans ma dernière lettre. On parle de « Power Posing », c’est-à-dire de postures de pouvoir.

Ces postures de pouvoir vont non seulement vous être bénéfiques, mais elles vont aussi envoyer aux autres des signaux inconscients grâce auxquels ils vous respecteront davantage.

Tenez-vous droit, bombez le torse et étendez-vous : la domination est une question de territoire – et ça commence par prendre assez de place pour être à l’aise.

Tenez-vous droit comme si un fil tendu était accroché au sommet de votre crâne. Gardez la tête haute, le menton légèrement relevé. Maintenez les épaules en arrière.

Vous êtes « déployé », ce qui indique aux autres que vous n’avez pas peur d’être là. Vous ne faites plus partie des proies – votre comportement est celui d’un animal en haut de la chaîne alimentaire.

Restez en mouvement : en plus de la verticalité (voir conseil précédent), les autres vous jugeront sur le mouvement.

Votre verticalité campe votre stature, vos mouvements traduisent votre confiance en vous.

Si vous restez immobile, vous adoptez l’attitude d’une proie qui se fait discrète.

À l’inverse, des mouvements amples et fluides signifient que vous êtes à l’aise : vous n’avez pas peur de prendre de la place.

N’oubliez pas que les rapports de force entre animaux sont avant tout des questions territoriales. D’où la prépondérance, dans cette lettre, de conseils qui tournent autour de la place que vous prenez.

En plus de ça, des mouvements amples vont élargir votre zone d’intégrité – c’est-à-dire la zone que vous occupez et que les autres ne vont pas franchir, sauf s’ils cherchent le conflit (j’y reviendrai).

Plus votre zone d’intégrité est étendue, plus vous imposez le respect.

Regardez dans les yeux : La plupart des gens n’osent pas regarder dans les yeux. Pourtant, le regard, comme la posture, est un instrument de domination que vous devez maîtriser.

Regarder dans les yeux, c’est s’exposer. Tout comme se tenir droit, prendre de la place, bouger… C’est ne pas s’excuser d’avoir un corps.

Ce sont des attitudes qui montrent que vous n’avez pas peur. Cette confiance impose le respect.

Si vous avez un message important à faire passer à quelqu’un, faites-le en cherchant son regard. Cela crée une tension émotionnelle – voire un rapport de force.

Attention : fixer l’autre dans les yeux sans bouger vous donne l’air d’un psychopathe ou d’un abruti. Ce n’est pas ce que vous cherchez.

C’est pourquoi je vous recommande la méthode des 5 : 3 – Regardez l’autre dans les yeux pendant 5 secondes, et regardez ailleurs (derrière lui, à côté de lui…) pendant 3 secondes.

Si au début, il peut sembler difficile de plonger votre regard dans les yeux de l’autre, regardez plutôt son front, juste au-dessus des sourcils.

Il ne verra pas la différence, et vous obtiendrez le même respect que si votre regard était plongé dans le sien.

Pour bien commencer, regardez dans les yeux vos interlocuteurs les plus fréquents : famille, amis, collègues proches… Puis des inconnus : serveur du restaurant, livreur, caissier… Cela deviendra naturel.

Ces conseils sont la base pour vous faire respecter

Ces quelques conseils ne sont pas là pour vous apprendre à « dominer » les autres. Leur objectif est plutôt :

  • De ne plus jamais adopter une posture de soumission, qui vous dessert et qui invite les autres à vous considérer comme tel
  • De gagner le respect et la considération des autres

Il ne s’agit pas d’entrer en conflit avec qui que ce soit. Il s’agit de prendre une place qui est légitime, d’occuper un espace que vous méritez.

Et pourtant, il est probable qu’en adoptant ces postures et ces comportements, sans faire de mal à personne, les autres vous considèrent comme un dominant.

Pourquoi ?

Simplement car la plupart des gens n’adoptent pas ces postures eux-mêmes.

L’immense majorité de la population adopte des comportements tantôt dominants, tantôt dominés, selon le contexte, et la plupart du temps c’est un mélange des deux : bras croisés mais dos droit, regard fixe mais sourire de complaisance…

Si vous adoptez cette « posture totale », vous serez généralementi au-dessus de la masse.

En revanche, il est possible que vous rencontriez d’autres dominants “totaux”, qui adoptent une posture étudiée.

Même si vous ne cherchez pas à leur voler la vedette, certains ne supporteront pas de vous voir à l’aise :

  • Vous occuperez une place normale plutôt que de vous cacher
  • Vous serez attentif sans leur sourire en permanence comme une victime
  • Vous soutiendrez leur regard plutôt que de vous écraser

Peut-être que ces personnes se comporteront de façon plus agressive avec vous, car ils ne supporteront pas que vous soyez aussi à l’aise.

C’est pourquoi ils essaieront peut-être de vous déstabiliser – et vous devez apprendre à réagir.

Étape 3 : comprendre et parer la domination agressive

Ces conseils ne sont pas là pour vous apprendre à écraser les autres… Ce ne sont que des constats, des observations, de certains gestes qui reviennent dans des contextes sociaux qui impliquent deux dominants.

Rompre la zone d’intégrité : on ne se tient pas à la même distance d’un ami que d’un inconnu – et en général, on sait à quelle distance se tenir de quelqu’un.

C’est pourquoi certains, pour vous intimider, n’hésiteront pas à franchir cette frontière invisible. Ils veulent vous montrer qu’ils n’ont pas peur de s’aventurer sur votre territoire.

La parade : faire des mouvements amples, vous étirer… pour le forcer à reculer – ou vous rapprocher encore plus, si vous êtes à l’aise.

Dans un registre plus civilisé, vous pouvez aussi demander à l’autre de reculer.

N’oubliez jamais que même si au fond, nous sommes des animaux, nous sommes aussi soumis à des normes sociales – et vous pouvez en tirer avantage dans des contextes comme celui-ci.

Toucher l’autre : dans le même genre, quelqu’un qui vous touche sans y avoir été invité (tape sur le bras, main sur l’épaule, voire sur la joue) vous montre que vous n’êtes pas une menace pour lui. C’est sa façon de vous domestiquer.

 On constate d’ailleurs que plus l’autre vous touche « haut », plus il considère que vous lui êtes soumis. L’exemple ultime, bien sûr, la petite tape humiliante sur la joue.

La parade : faites exactement pareil que lui en soutenant son regard. Ne cédez pas. Si vous le pouvez, vous pouvez aussi lui faire la remarque – mais je sais que dans certains contextes, c’est plus compliqué, et qu’il ne faut pas pour autant céder sur l’aspect physique de la relation.

Toucher les affaires de l’autre : une variante, qu’on croise souvent : une personne dominante touche vos affaires, s’installe à votre bureau, se sert dans vos provisions… comme si elle était de votre famille. Encore une fois, c’est un manque de respect.

La parade : faites pareil quand vous le pouvez pour qu’il comprenne que c’est agaçant, de se faire piquer ses stylos ou manger ses graines… mais dans ce contexte, il est plus aisé de lui exposer verbalement votre désaccord : nous vivons dans un drôle de monde, où il est parfois plus légitime de se plaindre parce qu’on a touché vos affaires plutôt que parce qu’on vous a touché vous.

BONUS : Ayez le bon physique pour qu’on vous respecte

Le monde n’est pas juste. Il ne faut pas attendre des autres le même respect si vous êtes rachitique que si vous avec un physique de rugbyman.

Bien sûr, vous ne pouvez pas faire grand-chose pour modifier votre ossature.

Cependant, faire du sport, travailler sa carrure… c’est déjà l’assurance d’être plus pris au sérieux que si vous êtes taillé comme un cintre. Même si vous n’êtes ni très large, ni très grand.

Et s’il vous fallait un exemple pour illustrer ce que j’avance, pensez à Vladimir Poutine : 1m70 pour 70kg, ancien du KGB, ceinture noire de judo, dirige la Fédération de Russie depuis 20 ans. Quoi qu’on pense de sa politique, difficile de nier qu’il en impose.

Enfin, retenez bien que ces 2 lettres sur la domination physique et le langage corporel ne sont pas là pour vous inciter à « dominer ».

L’idée, c’est de comprendre ce qui est à l’œuvre dans les dynamiques de groupe : pourquoi un tel semble plus à l’aise qu’un autre, pourquoi un autre semble toujours en retrait…

C’est l’occasion de prendre du recul sur vos comportements sociaux… Et peut-être, de modifier quelques-unes de vos postures, pour générer le bon état d’esprit au bon moment – et vous imposer quand ça compte.

4.8 13 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
27 Commentaires
le plus récent
le plus ancien le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Gautier
Gautier
10 jours il y a

Bonjour à Tous,
Ma fille a 13 ans avec tout les tracas de l’adolescence.
Je lui ai donc expliqué ce que j’ai trouvé dans cette lettre.
Elle a été très attentive, puis nous avons discuté de ce qu’elle vivait vis à vis de son entourage.
comme quoi votre discourt s’applique à tous !
Merci
Bien cordialement,
Franck

Angélique Borraccino
Angélique Borraccino
21 jours il y a

Bonjour à toute l’équipe,
Un grand merci à vous.
Enfin je me rends compte que je suis sur la bonne voie.
Ce qui ne tue pas rend plus fort, ma devise.
Bon weekend à vous,
Angélique 🌼

PATANÉ Béatrice
PATANÉ Béatrice
1 mois il y a

Hello. Je découvre, même si je ne suis pas concernée par la testostérone (lol)! J’aime le style excellent, les exemples démontrés, l’intelligence du verbe qui cible bien son propos. Vous connaissez votre sujet, vous l’avez vécu de l’intérieur. Vous êtes un « personnage ». Vous n’aimez pas la médiocrité humaine lorsqu’elle est responsable de ce qu’elle est. Vous avez de l’empathie pour tout ceux qui souffrent de situations qu’ils ne maîtrisent pas. Vous retenez l’attention. Le monde d’aujourd’hui ne vous plaît pas, vous avez vos repères loin dans un passé plus glorieux où l’éducation avait un sens. Nous sommes quelques uns et… Lire la suite »

T.N
T.N
1 mois il y a

Bonjour Marc,

Merci pour cette lettre sur les dominants dans notre société.

J’occupe un poste de cadre dirigeant et je me retrouve souvent seule femme autour de la table de conférence.
Je vois fréquemment les comportements du courrier auprès des hommes et je ne peux qu’être d’accord. Récemment j’ai pu expérimenter certaines actions décrites et je reconnais que cela va dans le sens de ta lettre. Ce sont de bons tuyaux à mettre en place , mais probablement pas dans toutes les circonstances; à nous de nous adapter.

Ce fut un plaisir que de te lire.
T.N

Andary
Andary
2 mois il y a

Bonjour Marc Merci pour vos lettres, sources de réflexion et de mises à jour personnelles. Petit commentaire : c’est lors de ma formation de professeur de yoga que j’ai appris à regarder les autres dans les yeux. Et à regarder juste à côté quand c’est nécessaire (ex. quand je sens que mon regard est vécu comme intrusif). Mais je crois que quand le regard est empathique, dénué d’agressivité, l’expérience est constructive pour le regardant comme pour le regardé. Encore merci pour vos lettres qui ont été pour moi le starter d’une renaissance au sortir d’une période très noire. Bien cordialement… Lire la suite »

meder
meder
3 mois il y a

Bonjour Marc,
cette lettre exprime je ce que je savais confusément, en plus elle reprend clairement les divers aspects d’un rapport de force. Il s’agit tout simplement d’être soi et sans peur d’être. Pas facile selon si un individu ou plusieurs, si on doit intervenir ou pas. Mais ces conseils physiques ET mentaux sont une bonne base, merci donc.
Franck B.

Fabienne
Fabienne
4 mois il y a

J’ai toujours été souriante. C’est naturel, et il m’a toujours semblé que c’est une forme de politesse envers soi-même et les autres. Il faut croire que les codes ont bien changé. Aujourd’hui, ce n’est pas une bonne chose. En lisant votre lettre, je comprends mieux certains comportements. Merci.

Denis
Denis
4 mois il y a

Cher Marc,
j’aurais tellement aimé lire tes lettres il y a quelques années. Mais bon! J’imprime ce que tu m’envoies pour pouvoir les étudier plus en détails quand j’aurais plus de temps. J’adore tes messages.
Bonne journée et Bravo!
Denis

Marc Bottin
Marc Bottin
5 mois il y a

Très bon résumé de ce qu’il faut faire et être pour garder sa dignité et ne pas se faire marcher dessus ! j’ai appris des choses que j’ignorais comme les contacts de dominations et autres envahissement symboliques de territoires qui existent aussi chez les enfants qui cherche à dominer! éveillant et utile ! Merci Marc ! cordialement Marc

Ben
Ben
5 mois il y a

Bonjour, Chercher à dominer, pourquoi ? Il y a un tas de mecs qui se font respecter et pourtant, ne se tiennent pas droit comme des I. Pour le coup du mec qui mange dans vos graines, je ne pense pas que la solution soit dans le fait de vous rabaisser à son niveau et de le copier, mais de le prévenir verbalement et si celui ci persiste le faire de manière physique mais maîtrisé, sans trembler pour montrer que le contact et le fait de vous affirmer ne vous fait pas peur et que vous défendez votre territoire. Que… Lire la suite »

Christele
Christele
5 mois il y a

Bonjour marc
comment être à l aise dans un groupe sachant que je suis timide et sensible à toutes les remarques
merci de me répondre

Nicolas
Nicolas
5 mois il y a

Encore une fois un gras MERCI Marc
Avec toute mon attention.

Brigitte
Brigitte
6 mois il y a

Merci pour ces conseils qui peuvent mettre utile, car j’ai autour de moi des personnes qui se croies supérieur car ils ont eu la chance de faire des études. Je suis plutôt manuelle et se que je fais , je suis persuadée qu’ils ne savent pas le faire, chacun son métier.Je garde précieusement votre courrier que je lirais souvent , et qui je suis certaine vont m’aider à avoir plus confiance en moi.De tout cœur . MERCI

Daniel
Daniel
7 mois il y a

Bonjour Marc, Très intéressants ces propos sur les gestes et postures qui envoient des signaux propres à vous faire mieux respecter et inspirer un sentiment de domination « passive » (c’est moi qui rajoute cet adjectif par opposition à agressive). Je ne suis cependant pas à l’aise tout à fait avec cette idée que « Sourire et multiplier les gestes d’écoute active » ferait de moi un soumis et qui serait à bannir selon vous. Ici intervient la sensibilité de chacun. Ma posture de médiateur professionnel ne peut pas entièrement s’accorder avec ce principe. En revanche, je lis avec intérêt les nuances que vous… Lire la suite »

Avila
Avila
7 mois il y a

j’adhère complètement le coaching qui me renvoie à certaines de mes faiblesses. je vais pouvoir me corriger sur certaines attitudes. il suffit d’avoir de la détermination et je vais aussi le partager avec mon fils qui j’espère va lui servir

Ragoiba,

Pierre Dercy
Pierre Dercy
7 mois il y a

j’apprécie les sujets que vous traitez dans vos lettres.
Elles ne sont pas trop longues, donc on les lit jusqu’au bout.
Les conseils sont avisés. Même s’ils ne me sont pas inconnus, ces rappels sont les bienvenus. Au plaisir de vous lire.

Richard
Richard
7 mois il y a

Bonjour,

Vos lettres visent juste et sont enrichissantes, cela fait du bien.
Peut-être serait-il judicieux d’y adjoindre ( notamment pour celle du jour), une vidéo de mise en situation – scénario -comme parfois dans les bilans de compétences?…
Merci
Bien cordialement
Richard

Midnight sun
Midnight sun
7 mois il y a

Trés interessant ! Ce n’est pas une perte de temps de vous lire. Merci.

pauline
pauline
7 mois il y a

Bonjour les autres. Marc, j’adore vos lettres ! Précises, concises, bien écrites, sans fautes… pourrions-nous créer une expression équivalente à MALE ALPHA pour les séniors féminines dont je suis ? je me rends compte qu’on ne me « dit pas tout », ou qu’on commence à vouloir me ménager, m’éviter des mauvaises nouvelles. On a même demandé à qq’un devant moi s’il fallait que qq’un soit là pendant que je signais un chèque dans un magasin ; youpee, la joie ! il faut que j’apprenne à me défendre, il en est grand temps. En réponse à celui qui parle du masque, pourquoi… Lire la suite »

Traby
Traby
7 mois il y a

Merci pour ces excellents conseils! Et pour la philosophie qui les sous-tend. In medio stat virtus !

Maurice Burnet
Maurice Burnet
7 mois il y a

Bonjour,
de très bons conseils!!! Mais difficile a appliquer?Comment faire avec le masque( la muselière )vu la société actuelle<pas d’autres commentaires>

MARIE-TANAKA
MARIE-TANAKA
7 mois il y a

Marc bonjour, j’ai oublie la personne qui m’a conseille de « suivre » vos lettres et malgre mes 70 ans avec une certaine experience de la vie, vos coaching sont tres parlant et utiles. Continuez s.v.p.,je diffuse vos messages.
Merci encore.
serge Marie-tanaka

Rinaldi
Rinaldi
7 mois il y a

Marc,
Merci pour cette lettre très bien écrite, courte, allant droit au but et très complète sur le sujet. Et, ça ne gâche rien, pas de faute d’orthographe (par les temps qui courent, ça vaut la peine d’être souligné).
Je m’empresse de transmettre à mon fils qui, je l’espère, en fera le meilleur usage.
Michel

Recevoir les 8 conseils de Marius